la guerre au Nord Kivu : la situation des trois derniers jours du mois d’octobre 2008

 

 SITUATION DU 28,29,30 ET 31 OCTOBRE AU Nord Kivu et au Sud    Kivu

 

28 octobre : mardi

 

Les habitants se sont réveillés timidement ce mardi 28 octobre 2008.Le le transport en commun n,a repris que tard dans la matinée. Seulement quelques boutiques et vendeurs au marché étaient visibles.la psychose de l, approche des troupes du CNDP  vers  la ville de Goma avait semé la panique au sein de la population. Taxis motos ont mis du temps pour commencer à circuler. Les  habitants, surtout ceux des quartiers périphériques ont commencé à quitter leurs maisons que vers 7h30’ et c’était par curiosité pour voir ce qui se passait évidemment. Les écoles et les grands magasins sont restés fermés par crainte.
Plusieurs personnes ont quitté la ville vers la province orientale et Kinshasa.

Le même mardi après midi, la localité des Kibumba à environ trente kilomètres de goma est le théâtre des affrontements entre les fardc et les troupes du Cndp.
La Monuc dit appuyer les FARDC à Kibumba pour empêcher l’avancée du CNDP vers Goma. A Rutshuru Centre et à Kiwanja, le CNDP  commence  sa progression.. Des sources officielles de l,armée confirment  que des combats ont repris du  mardi matin jusqu’en début de soirée, sur les 2 fronts, dans le territoire de Rutshuru.
D’ abord vers Rutshuru Centre, cet après midi, des sources au sein de la population confirment le contrôle de la localité de Rubare, à 7 Km de Rutshuru Centre, par le CNDP.  Elles indiquent par ailleurs que la progression du CNDP vers Rutshuru Centre et Kiwanja s’est faite sans combats. Des habitants indiquent que les FARDC ont décroché de Rutshuru et de Kiwanja et ont pris la direction de Kanyabayonga au Nord, à plus de 70 Km de Kiwanja et d’autres vers Ishasha à près de 100 Km au Nord de Goma sur le lac Edouard et à la frontière avec l’Ouganda. .

Le porte-parole du CNDP, Bertrand Bisimwa dit que les combats à Kibumba se déroulent entre leurs troupes et les combattants des forces démocratique pour la libération du Rwanda, FDLR

Vers  Kibumba, les FARDC disent stopper la tentative de progression du CNDP vers la ville de Goma. La Monuc pour sa part déclare avoir apporté son soutien aux FARDC..

.

 

 

29 octobre : mercredi

 

Cette journée est marquée par le déplacement massif de familles dans les villes voisines, notamment vers Bukavu et Gisenyi, au Rwanda voisin à cause de la rumeur faisant état d’une prise éventuelle de la ville de goma par le CNDP

Pas de bateau sur le lac aux ports de Goma. Sur les 12 bateaux opérationnels au port de Goma, deux seulement sont en accostage. Selon Les propriétaires des bateaux ont évacué vers Bukavu.
De l’autre coté, les services de migration de Goma confirme que plusieurs personnes ont  franchi la frontière  pour s’installer dans la Ville frontalière de Gisenyi au Rwanda.

Vers le soir, Le Congrès national pour la défense du peuple qui disait déjà être à quelques kilomètres de la ville de Goma décrète unilatéralement un cessez-le-feu.  Selon son porte-parole bertran Bisimwa,, c’est pour ne pas donner prétexte aux soldats gouvernementaux de commettre des exactions contre la population que le CNDP s’est gardé d’entrer dans Goma

Selon lui, plusieurs parties sont déjà libérées tels Rutchuru, kiwanja et Rubare.

Réagissant au cessez-le-feu proclamé par le CNDP, le ministre de Communication et des médias et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a indiqué pour sa part que son gouvernement n’était pas encore saisi officiellement de la décision du CNDP. Lambert Mende annonce par la même occasion que le gouvernement était disposé à parler avec tout le monde y compris le Cndp mais dans le respect des conditions fixées par le programme Amani.

 

 

 

 

 

 

30 octobre : jeudi

 

Pendant que l,on commençait à avoir de l,espoir sur le retour de la quiétude,les deuils réveillent des habitants  de la capitale du nord Kivu.

9 civils tués, 3 blessés, 3 filles violées, et plusieurs habitations, boutiques, magasins et restaurant pillés par des hommes armés, bilan officiel de l’insécurité la nuit de mercredi. Des attroupements des habitants de Goma sont observés ça et là, sur l’ensemble de la ville.

Toutes les victimes ont été tuées pendant qu’elles se trouvaient dans leurs habitations respectives.  Certaines autorités locales qui ont fournies cette information attribuent la situation à certains militaires incontrôlés. Ils exigeaient soit de l’argent, des bijoux, et d’autres objets de valeur, soit, ils demandaient de la bière. D’après la même source, aucun quartier de la ville de Goma n’a échappé à cette insécurité. La police nationale congolaise reconnaît que, ses éléments ont eu des difficultés à maîtriser la situation.

Pour les autorités de la province, il est difficile d’identifier les militaires incontrôlés, car l’unité des FARDC chargée de sécuriser la ville de Goma a été renforcée par plusieurs autres militaires.

Toutes les activités sont restées paralysées.

 

31 octobre : vendredi

Voici la nouvelle qui défraye la chronique

Source : http://blogs.lesoir.be/colette-braeckman/2008/10/31/nkunda-un-nouveau-mystere/

On savait Laurent Nkunda malade, régulièrement en traitement au Rwanda et, malgré de nombreuses interviews données par téléphone, il était devenu pratiquement invisible. Un « communiqué », transmis par son porte parole Bertrand Bisimwa, ou en tous cas par quelqu’un utilisant la même adresse électronique, a semé le doute jeudi après midi au sein de la rédaction du Soir : alors que nous avions entendu les interviews données par Laurent Nkunda sur différentes chaînes dont la RTBf (d’une voix cependant difficile à reconnaître) un document à l’en tête du mouvement, daté de Rutshuru, portant la signature du général major Bosco Ntaganda et présenté comme un «communiqué officiel du mouvement », annonçait que « le CNDP a la profonde douleur d’informer le Peuple congolais tout entier de la mort du Chairman Laurent Nkunda Mihigo, décès survenu ce 29 octobre 2008 au centre hospitalo-universitaire de Kigali à 22 heures 50, d’un arrêt cardiaque. »
Selon ce communiqué,les membres du CNDP, respectant la volonté du défunt, avaient désigné le général de brigade Bosco Ntaganda comme successeur.
Le point 4 du communiqué, au nom de la nouvelle direction du CNDP, mettait en garde la MONUC, assurant que le mouvement n’hésiterait pas à ouvrir le feu sur ses éléments si ces derniers tentaient d’arrêter sa progression vers la ville
Le point 5 était plus menaçant encore : « la solution d’une intervention dite « Artemis II » destinée dans la réalité à conforter les éléments du FDLR, anciens alliés de la France, ne sera pas autorisée et le CNDP promet, s’il le faut, de demander l’appui des pays frères et amis de son côté pour mettre à mal cette nouvelle intervention génocidaire à l’encontre de notre peuple meurtri. » Le CNDP dénonçait aussi la chasse aux Tutsis qui aurait commencé à Goma, Bukavu et l’intérieur du pays.
La facture et le vocabulaire du communiqué ressemblaient aux documents produits par des éléments du CNDP. Nous n’avons cependant pas pu authentifier ce communiqué en cours de soirée et avons conclu au risque de manipulation.
Par contre, selon plusieurs sources, nous avons appris que le mouvement était en train de se transformer en une organisation politique hostile au pouvoir de Kinshasa et désireuse, sinon de le renverser du moins de négocier sur un pied d’égalité. La présentation de cette nouvelle formation aurait pu se faire à Goma après l’entrée des troupes rebelles dans la ville et des pourparlers préparatoires auraient eu lieu dans la ville frontalière de Gisenyi, rassemblant Patient Mwendanga un ancien gouverneur du Sud Kivu passé dans le camp de la rébellion, le Dr Oscar Kashala, un médecin vivant aux Etats-Unis qui s’était porté candidat aux élections présidentielles et qui avait récolté un score honorable. Le nom de Katebe Katoto, un homme d’affaires d’origine katangaise a également été cité. Cependant, des dissentions de dernière minute auraient opposé ces personnalités. Y a-t-il eu « collision » entre le «communiqué », prématuré, faux ou manipulateur, et la tentative politique menée à Gisenyi ? Un mystère de plus au bord des Grands Lacs

 

Les conséquences de cette guerre se font sentir au Sud Kivu

-les denrées alimentaires en provenance de goma deviennent chères à cause de la rareté

(25kgs haricots coûtaient 17$ mais  se vendent à 24$)

(10 poissons salés se vendaient à 10$ mais aujourd’hui on vend 6 pour 10$)

-le déplacement massif vers Bukavu des populations surtout les enfants et les épouses des militaires

-les biens pillés à goma sont ramenés à Bukavu : cas de plus de cinq jeep pris à kavumu  ce jeudi 30 par les forces de sécurité du sud Kivu (police, Anr, et armée)

-le stress et le danger imminent d’une guerre au sud Kivu hantent les esprits de la population

Jolly kamuntu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :